Discography

Joshua Fineberg


1 CD Accord - Universal 472 363-2 2002

(...) En un disque monographique très soigné et bien documenté, Accord parcourt les années 1990 de Joshua Fineberg. On y découvre un créateur volontiers descriptif, dont les moyens techniques lui permettent de restituer avec une parfaite aisance ici une image (A Ripple-Ringed Pool), là une ambiance (le monde zen, tout à la fois simple et sophistiqué, du Recueil de pierre et de sable). Bien sûr, Fineberg, qui partage l'amour du timbre de ses aïeux spectraux, se penche sur les caractéristiques sonores, les possibilités expressives de chaque instrument, qu'il exploite finement (la résonance du piano dans Tremors, un culte du souffle et de la flûte digne de l'Italien Salvatore Sciarrino dans Breathe). Surtout, il se plaît à abolir les frontières entre l'électronique et ce qui ne l'est pas (l'étrange Paradigms), révélant un don de l'introspection sonore peu commun. Un disque prometteur dont la lisibilité doit beaucoup à l'interprétation pleine de maîtrise de l'Ensemble Court-Circuit.

BENOIT FAUCHET - Diapason - décembre 2002

(...) Fineberg a vécu a Paris entre 1991 et 1997, a travaillé avec Tristan Murail (dont Les Territoires de l'oubli se retrouvent dans Tremors pour piano seul). Dans ses œuvres, la virtuosité est intimement liée au propos musical. C'est d'ailleurs ainsi que la considèrent les membres de l'Ensemble Court-Circuit, disponibles et inventifs. Parfois, la musique reste un peu trop fidèle à la méthode qui préside à son élaboration, mais la recherche (...) alimente un esprit pratique et une vivacité qui s'affirmaient déjà dans A Rippled-ringed Pool (1990). On préfère cependant l'esprit franc et immédiat de Streamlines ou de Breathe (avec l'excellente Catherine Bowie) à l'ambition un peu morne de Paradigms. Entre ces deux tendances, une pièce comme Recueil de pierre et de sable semble annoncer une nouvelle orientation, plus sobre, dont la teneur n'échappe pas à l'excellent chef Pierre-André Valade.

Costin Cazaban - Le Monde de la Musique - décembre 2002


2007-2011 - Gilles Pouessel