Presse

Court-circuit au festival Messiaen de la Vallée de le Meije - Aout 2010

La programmation s’ouvrant aux actuelles générations créatrices, l’ensemble Court-Circuit, fondé par Philippe Hurel, donnait un concert réunissant des compositeurs que dirigea dans un passé récent Pierre Boulez. Certains étaient représentés par des pièces de musique de chambre : Impulse 2, à l’écriture ciselée, de Luca Francesconi, ou le plus sombre Michigan Trio de Philippe Manoury. … Si l’on considère que le seul gage de postérité d’un compositeur est de manifester une identité stylistique que l’on reconnaîtra toujours au premier coup d’oreille, alors éclatait singulièrement la prévalence de Philippe Hurel, tant la partition de Figures libres porte sa signature par quelque paramètre qu’on la prenne. Le haut degré d’élaboration de son écriture est propulsé par une explosive vitalité que servait avec énergie et précision rythmique le nouveau chef de l’ensemble, Jean Deroyer.

l'éducation musicale - Sylviane Falcinelli

 

L'héritage Boulézien

Fondé et animé par le compositeur Philippe Hurel, Court-Circuit est l'un des ensembles dédiés à la musique contemporaine favoris de Pierre Boulez, qui aime à l'inviter dans les académies qu'il anime, aux côtés de son Ensemble Intercontemporain auquel il fait parfois des infidélités en dirigeant son jeune pair. Attachée au Festival Messiaen au Pays de la Meije, la formation a proposé en l'église de La Grave un programme conçu autour de l'héritage boulézien, le maître assistant en personne au concert discrètement assis au milieu du public. Programme exigeant, désempa- rant plus ou moins l'assistance qui ne s'y retrouvait guère, plus habitué aux immenses phrases mélodiques et rythmiques d'Olivier Messiaen qu'aux éclaboussures de sons et de rythmes des générations plus jeunes.

Composé en 1985, révisé en 1995, le trio pour clarinette, violon et pianoImpulse 2 de Luca Francesconi (né en 1956) étire à satiété la matière sonore par le biais de règles strictes qui donnent à l'œuvre une dynami- que interne singulière. Dans sa Danse aveugle (1997), pièce pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano remarquablement écrite, Hanspeter Kyburz (né en 1960) s'avère trop systématique dans l'utilisation de son matériau qui revient à plusieurs reprises exposé sous la même forme, tandis que l'on n'entend guère la flûte basse dont les douces et irréelles sonorités sont écrasées par les autres instruments.

Le référent que constituent les Quatre Pièces op.7 qu'Anton Webern (1883-1945) a composées en 1910 apparaît toujours d'une magistrale modernité tout en ayant acquis avec le temps la dimension d'un classique et une intense et bouleversante expressivité, à l'instar du Michigan Trio pour clarinette, violon et flûte, sans doute l'une des œuvres les plus pro-fondes et graves de Philippe Manoury (né en 1952), assurément l'un des compositeurs les plus doués de sa génération.

Mais le moment le plus attendu se trouvait en fin du concert, avec une partition aux rythmes fébriles qui a emporté l'adhésion de l'assistance :Figures libres pour flûte, hautbois, clarinette, violon, alto, violoncelle, per-cussion et piano de Philippe Hurel (né en 1955). Composée en 2000- 2001 pour l'Ensemble Recherche de Fribourg-en-Brisgau, cette partition en trois mouvements se fonde sur une cellule de huit sons sujette à variations, d'où émergent des solos des huit instruments s'extrayant d'une masse servant d'assise harmonique et rythmique évoquant des figures de jazz.

L'Ensemble Court-Circuit et les virtuoses qui le constituent ont servi ces œuvres à la perfection, à l'instar du violoniste Nicolas Miribel, dont la dextérité, l'assurance du coup d'archet et les sonorités épanouies ont fait merveille dans chaque pièce, tout comme le pianiste Jean-Marie Cottet, qui joue des résonances de son instrument avec maestria, et le clarinet-tistePierre Dutrieu. Sous la direction de son directeur musical Jean Deroyer, l'Ensemble Court-Circuit a donné des deux partitions les plus fournies, le quintette de Kyburz et l'octuor de Hurel, des lectures taillées au cordeau.

Anaclase - Bruno Serrou

 

Un programme exigeant

Dans l’acoustique flatteuse de l’église de La Grave, les résonances cristallines des Structures, œuvre spéculative que Boulez composa en 1961, inspirée de la 2e des 4 Études de rythme pour piano, de Messiaen, ont été servies par le jeu précis de ses interprètes.

L’Ensemble Court-Circuit a proposé un programme autour de l’héritage de Boulez, en présence de ce dernier, discrètement assis au milieu du public. Programme exigeant, désemparant l’assistance, plus habituée aux vastes phrases de Messiaen qu’aux éclaboussures de sons et de rythmes des générations suivantes, mais enthousiasmée par l’octuor Figures libres de Philippe Hurel. Cette page de 2000-2001 se fonde sur une cellule de 8 sons sujette à variations d’où émergent des solos s’extrayant d’une masse évoquant le jazz.

La croix - Bruno SERROU, au Pays de La Meije


2007 - Gilles Pouessel