body {

Programmes-Répertoire


 

Projets pluridisciplinaires


    - Ciné-concerts

  • À propos de Nice, film muet de Jean Vigo (1929)

    musique de François Paris (2005)
    durée: 25 minutes
    Effectif: flûte, clarinette, quatuor à cordes, piano, percussion
    Création : 25 avril 2005 par l’ensemble Court-Circuit au Centre Pompidou, Paris

    La musique que j’écris pour A propos de Nice ne peut à aucun moment s’assimiler à un commentaire. Si ce n’est un commentaire, serait-ce un dialogue ? La situation idéale pour dialoguer résiderait dans la construction simultanée du propos cinématographique et du propos musical : il s’agirait par exemple de couper ou d’allonger une séquence musicale ou, a contrario, de changer le montage des images pour l’adapter à une phrase musicale. Dans le cas de A propos de Nice, c’est à un dialogue imaginaire avec Vigo au travers des ans que je me sens invité. Dialogue dans lequel le cinéaste aura bien sûr toujours le dernier mot... (...) Une déclinaison poétique des formes : ainsi les nuages, les arbres, la mer ou le fumées des cheminées d’usine sont souvent filmés et déclinés par analogie de forme. Cette manière de faire fruit d’une vision très poétique de l’auteur peut aider le musicien à composer en contrepoint ses propres analogies sonores. Que l’on me comprenne bien, les quelques lignes qui précédent ne prétendent en aucun cas constituer ni esquisser une quelconque analyse du film de Vigo, je n’en ai pas la compétence. Par contre, je livre ici quelques pistes qui me semblent être à la base de mes réflexions de musicien, réflexions sur lesquelles je me suis appuyé pour tenter un dialogue avec Vigo. Il est bien évident que cette présentation séparée de quelques éléments n’est pas représentative du film ni de la partition en cours d’écriture, puisque c’est bien de leurs multiples combinaisons qu’il s’agit et non de leurs présentations isolées.
    Il y a presque soixante-dix ans de décalage entre la réalisation de A propos de Nice et aujourd’hui. Cette distance des âges ne me pose cependant aucun problème, tant le propos du cinéaste semble à maints égards toujours d’actualité. Les goûts de Vigo, en matière de musique étaient sans doute très éloignés de la partition que je vais réaliser aujourd’hui. Je peux cependant m’engager de manière résolue sur un point : nous tenterons de ne jamais dévier du propos du cinéaste pour l’amoindrir, l’assouplir ou le rendre plus accessible. Jamais à l’instar de ce qui est arrivé à la musique de « l’Atalante » nous ne chercherons l’adaptation à la mode du moment. Ce serait à la fois réduire la portée et nier l’intemporalité du propos même de Jean Vigo ; là serait une véritable trahison. Le reste est affaire de dialogue fondé sur des subjectivités. Ce dialogue, je l’espère constructif.
    François Paris

    Télécharger le dossier de présentation : À propos de Nice


  • 2007-2014 - Gilles Pouëssel